PROJET OTPS

Onomatopées et submorphologie

Onomatopées

Qu’est-ce qu’une onomatopée ?

Le terme Onomatopée, du latin onomatopoeia, dont l’origine grecque signifie « création de mot », est formé à partir d’onoma, ou onomato « mot », « nom » et de poieîn « faire ». Il évoque donc la fabrication et la création des mots..[1] Cependant, la terminologie linguistique diffère du sens étymologique général de « création de mot » car elle spécifie une catégorie de mots caractérisés par une certaine ressemblance avec la chose nommée : « On appelle onomatopée une unité lexicale créée par imitation d’un bruit naturel : tic-tac, visant à reproduire le son du réveil ; cocorico, imitant le chant du coq, sont des onomatopées. »[2] Elle souligne la simulation du bruit associé à l’objet nommé : « une analogie entre la forme phonique et la forme immédiate ou métaphorique du concept signifié. »[3]

Les onomatopées de bandes dessinées sont des mots dont le signifiant imite le son associé au fonctionnement ou au déplacement d’un objet ou d’un personnage, ou qui reproduit les sons de la nature, les cris des animaux ou des bruits non linguistiques émis par des personnages. « Chaque dessinateur avait sa détonation de revolver : « pan ! » chez Hergé, « Paw ! » chez Gir et « Crack ! » chez Hugo Pratt. On comprenait bien que ce n’étaient pas les mêmes armes, mais peu s’en fallait : ce qui changeait, c’étaient les musiciens. »[4]

Onomatopées et origine du langage Les formes onomatopéiques se retrouvent couramment dans toutes les langues. Leur importance varie cependant d’une langue à l’autre. La présence de cette catégorie de mots “naturels” incite certains linguistes à formuler une hypothèse selon laquelle les onomatopées sont les traces d’une langue primitive qui peut expliquer l’origine du langage. Partant de cette hypothèse, la présence des formes onomatopéiques est considérée comme une preuve en faveur de la thèse naturaliste qui établit l’existence de lien naturel entre les mots et les choses. Selon l’érudit Charles de Brosses (1709-1777), l’origine du langage et la formation ultérieure des mots sont bâties sur la base de l’imitation de la nature.[5]

Onomatopée et motivation du signe Les partisans de la motivation du signe s’appuient fréquemment sur les onomatopées et les interjections,[6] mais souvent dans une optique simpliste qui restreint les possibilités d’exploitation des sons en cherchant des liens trop directs entre son et sens. Dans un but opposé, Ferdinand de Saussure simplifie le problème en les excluant de la langue : « On pourrait s’appuyer sur les onomatopées pour dire que le choix du signifiant n’est pas toujours arbitraire. Mais elles ne sont jamais des éléments organiques d’un système linguistique ».[7] Il conteste aussi leur symbolique puisque les onomatopées comme les interjections varient selon les langues. Le cas particulier des onomatopées illustre les paliers successifs qui mènent au langage. Roman Jakobson donne des exemples, dans des onomatopées d’enfants, d’emplois de sons qui ne sont pas encore acquis en tant que phonèmes.[8] L’enfant utilise facilement divers sons pour imiter, il est à son aise lors d’une motivation directe, mais la difficulté de l’acquisition du langage réside dans la motivation indirecte, dans la mise en place du système organisé de la hiérarchie phonématique. Les onomatopées associent un objet à une unique syllabe répétée. Nous sommes à un stade primaire d’analyse. Cependant pour Roman Jakobson, « c’est plutôt à la valeur expressive de l’exceptionnel qu’à l’imitation acoustique fidèle que serait dû l’emploi chez l’enfant de voyelles palatales arrondies dans ses mots onomatopéiques, alors que dans le reste du vocabulaire il continue à les remplacer par des voyelles non arrondies ou vélaires ».[9] Selon le linguiste, l’enfant emploierait des sons non inclus dans son système phonématique pour leur valeur exceptionnelle. Ce qui est déjà une forme de motivation. Pour Saffi, l’utilisation onomatopéique de certains sons ne semble pas due à leur exclusion du système phonématique car on utilise aussi des sons intégrés au système. Cette liberté d’emploi des sons est plutôt due à la motivation directe de l’imitation. Une imitation dépendante de la perception de la réalité, elle-même soumise à des schémas culturels.[10] L’adulte est souvent impressionné par les performances d’imitation chez l’enfant, performances désormais hors de sa portée sauf si exceptionnellement il exerce la profession d’imitateur. La variation est en effet conventionnelle chez les adultes (ex : le coq français : cocorico, italien : chicchirichi). Un mot qui imite le bruit d’un objet ne peut pas se démontrer puisque la réalité même de ce bruit diffère selon le filtre acoustique acquis propre à chaque langue. Chaque fois qu’un locuteur nomme un objet, il le définit avec les outils de sa langue et le classe ainsi dans une hiérarchie analytique du monde propre à sa culture. En apprenant sa langue, le locuteur a assimilé une convention d’analyse, des choix bien précis quant à la méthode d’observation et d’appréciation du monde qui l’entoure. Les onomatopées sont une étape : le locuteur pense imiter alors qu’il passe déjà par le crible phonématique de sa langue ; cependant, sa démarche analytique n’est pas encore celle du système abouti de sa langue, c’est une analyse saisie de manière anticipée car l’onomatopée est encore liée intimement à la réalité qu’elle décrit.

Notes[modifier]

  1.  Jean Dubois, Henri Mitterand, Albert Dauzat, Dictionnaire d’étymologie, 2004, p. 523.
  2.  Op. Cit., , p. 334.
  3.  Pierre Guiraud. Structures étymologiques du lexique français, 1967, p. 90.
  4.  Gérald Gorridge, Créer une BD, FIRST Edition, collection “Pour les nuls », 2010, p. 224.
  5.  Charles de Brosses, Traité de la formation mécanique des langues, vol. I., 1765, p. xiii-xvi (Discours préliminaire).
  6.  Président de Brosses, Traité de la formation mécanique des langues et des principes physiques de l’étymologie, Paris, Saillant, Vincent Desaint, 1765, p. 9 ; Abbé Copineau, Essai synthétique sur l’origine et la formation des langues, Paris, Ruault, 1774, p. 34-35 ; Christian Lehmann, « Arbitraire du signe, iconicité et cercle onomatopéique », Université d’Erfurt, publication en ligne, 2005, www.uni-erfurt.de/…/lehmann/CL_Publ/Arbitraire_du_signe.pdf 
  7.  Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Paris, Payot, éd. Critique par Tullio de Mauro, 1979, p.101.
  8.  Roman Jakobson, Langage enfantin et aphasie, Paris, Les éditions de Minuit, 1969, p. 29-30.
  9.  Ibidem
  10.  Sophie Saffi, « Discussion de l’arbitraire du signe. Quand le hasard occulte la relation entre le physique et le mental » in Italies, 9, Figures et jeux du hasard, 2005, p. 211-234.

Texte dans onglet Modifier :

”’Qu’est-ce qu’une onomatopée ?”’

”’Le terme ”Onomatopée””’, du latin ”onomatopoeia”, dont l’origine grecque signifie « création de mot », est formé à partir d’”onoma”, ou ”onomato” « mot », « nom » et de ”poieîn” « faire ». Il évoque donc la fabrication et la création des mots..<ref>Jean Dubois, Henri Mitterand, Albert Dauzat, ”Dictionnaire d’étymologie”, 2004, p. 523.</ref>  Cependant, la terminologie linguistique diffère du sens étymologique général de « création de mot » car elle spécifie une catégorie de mots caractérisés par une certaine ressemblance avec la chose nommée : « On appelle onomatopée une unité lexicale créée par imitation d’un bruit naturel : tic-tac, visant à reproduire le son du réveil ; cocorico, imitant le chant du coq, sont des onomatopées. »<ref>Op. Cit., , p. 334.</ref>  Elle souligne la simulation du bruit associé à l’objet nommé : « une analogie entre la forme phonique et la forme immédiate ou métaphorique du concept signifié. »<ref>Pierre Guiraud. ”Structures étymologiques du lexique français”, 1967, p. 90.</ref>

”’Les onomatopées de bandes dessinées”’ sont des mots dont le signifiant imite le son associé au fonctionnement ou au déplacement d’un objet ou d’un personnage, ou qui reproduit les sons de la nature, les cris des animaux ou des bruits non linguistiques émis par des personnages. « Chaque dessinateur avait sa détonation de revolver : « pan ! » chez Hergé, « Paw ! » chez Gir et « Crack ! » chez Hugo Pratt. On comprenait bien que ce n’étaient pas les mêmes armes, mais peu s’en fallait : ce qui changeait, c’étaient les musiciens. »<ref>Gérald Gorridge, ”Créer une BD”, FIRST Edition, collection “Pour les nuls », 2010, p. 224.</ref>

”’Onomatopées et origine du langage”’

Les formes onomatopéiques se retrouvent couramment dans toutes les langues. Leur importance varie cependant d’une langue à l’autre. La présence de cette catégorie de mots “naturels” incite certains linguistes à formuler une hypothèse selon laquelle les onomatopées sont les traces d’une langue primitive qui peut expliquer l’origine du langage. Partant de cette hypothèse, la présence des formes onomatopéiques est considérée comme une preuve en faveur de la thèse naturaliste qui établit l’existence de lien naturel entre les mots et les choses. Selon l’érudit Charles de Brosses (1709-1777), l’origine du langage et la formation ultérieure des mots sont bâties sur la base de l’imitation de la nature.<ref>Charles de Brosses, ”Traité de la formation mécanique des langues”, vol. I., 1765, p. xiii-xvi (Discours préliminaire).</ref>  

”’Onomatopée et motivation du signe”’

Les partisans de la motivation du signe s’appuient fréquemment sur les onomatopées et les interjections,<ref>Président de Brosses, ”Traité de la formation mécanique des langues et des principes physiques de l’étymologie”, Paris, Saillant, Vincent Desaint, 1765, p. 9 ; Abbé Copineau, ”Essai synthétique sur l’origine et la formation des langues”, Paris, Ruault, 1774, p. 34-35 ; Christian Lehmann, « Arbitraire du signe, iconicité et cercle onomatopéique », Université d’Erfurt, publication en ligne, 2005, www.uni-erfurt.de/…/lehmann/CL_Publ/Arbitraire_du_signe.pdf </ref> mais souvent dans une optique simpliste qui restreint les possibilités d’exploitation des sons en cherchant des liens trop directs entre son et sens.

Dans un but opposé, Ferdinand de Saussure simplifie le problème en les excluant de la langue : « On pourrait s’appuyer sur les onomatopées pour dire que le choix du signifiant n’est pas toujours arbitraire. Mais elles ne sont jamais des éléments organiques d’un système linguistique ».<ref>Ferdinand de Saussure, ”Cours de linguistique générale”, Paris, Payot, éd. Critique par Tullio de Mauro, 1979, p.101.</ref> Il conteste aussi leur symbolique puisque les onomatopées comme les interjections varient selon les langues.

Le cas particulier des onomatopées illustre les paliers successifs qui mènent au langage. Roman Jakobson donne des exemples, dans des onomatopées d’enfants, d’emplois de sons qui ne sont pas encore acquis en tant que phonèmes.<ref>Roman Jakobson, ”Langage enfantin et aphasie”, Paris, Les éditions de Minuit, 1969, p. 29-30.</ref> L’enfant utilise facilement divers sons pour imiter, il est à son aise lors d’une motivation directe, mais la difficulté de l’acquisition du langage réside dans la motivation indirecte, dans la mise en place du système organisé de la hiérarchie phonématique.

Les onomatopées associent un objet à une unique syllabe répétée. Nous sommes à un stade primaire d’analyse. Cependant pour Roman Jakobson, « c’est plutôt à la valeur expressive de l’exceptionnel qu’à l’imitation acoustique fidèle que serait dû l’emploi chez l’enfant de voyelles palatales arrondies dans ses mots onomatopéiques, alors que dans le reste du vocabulaire il continue à les remplacer par des voyelles non arrondies ou vélaires ».<ref>Ibidem</ref> Selon le linguiste, l’enfant emploierait des sons non inclus dans son système phonématique pour leur valeur exceptionnelle. Ce qui est déjà une forme de motivation. Pour Saffi, l’utilisation onomatopéique de certains sons ne semble pas due à leur exclusion du système phonématique car on utilise aussi des sons intégrés au système. Cette liberté d’emploi des sons est plutôt due à la motivation directe de l’imitation. Une imitation dépendante de la perception de la réalité, elle-même soumise à des schémas culturels.<ref>Sophie Saffi, « Discussion de l’arbitraire du signe. Quand le hasard occulte la relation entre le physique et le mental » in ”Italies”, 9, Figures et jeux du hasard, 2005, p. 211-234.</ref> L’adulte est souvent impressionné par les performances d’imitation chez l’enfant, performances désormais hors de sa portée sauf si exceptionnellement il exerce la profession d’imitateur. La variation est en effet conventionnelle chez les adultes (ex : le coq français : ”cocorico”, italien : ”chicchirichi”). Un mot qui imite le bruit d’un objet ne peut pas se démontrer puisque la réalité même de ce bruit diffère selon le filtre acoustique acquis propre à chaque langue. Chaque fois qu’un locuteur nomme un objet, il le définit avec les outils de sa langue et le classe ainsi dans une hiérarchie analytique du monde propre à sa culture. En apprenant sa langue, le locuteur a assimilé une convention d’analyse, des choix bien précis quant à la méthode d’observation et d’appréciation du monde qui l’entoure. Les onomatopées sont une étape : le locuteur pense imiter alors qu’il passe déjà par le crible phonématique de sa langue ; cependant, sa démarche analytique n’est pas encore celle du système abouti de sa langue, c’est une analyse saisie de manière anticipée car l’onomatopée est encore liée intimement à la réalité qu’elle décrit.

== Notes ==

<references />

Submorphologie

Qu’est-ce que la submorphologie ?

Le discours proféré par un locuteur peut être décomposé en phrases, puis en mots, eux-mêmes constitués de morphèmes (une ou plusieurs syllabes réunies pour porter une notion ou des informations grammaticales). Les syllabes se composent de phonèmes (sons utilisés pour le langage), chaque langue sélectionnant quelques dizaines de phonèmes et considérant les autres sons comme des bruits. Les chercheurs en submorphologie considèrent que l’on peut observer la motivation du signe dès lors que l’on se situe à un niveau submorphèmique (donc inférieur au morphème) et que l’on prend en compte les traits articulatoires des sons par rapport à l’avènement du sens. Ils tentent d’établir des corrélations constantes entre des traits relevant du substrat phonétique et sémantique. Ils cherchent à définir les relations d’iconicité unissant l’articulation de phonèmes et les signifiés premiers spatiaux qui leur sont associés, dans le but de montrer le lien forme-sens submorphologique que cette iconicité permet de mettre en œuvre chez les locuteurs.

L’imitation et l’acquisition d’un schéma représentationnel commun

L’aire de Broca (zone du cerveau mobilisée pour le langage) apparaît impliquée dans un système des neurones miroirs qui a principalement pour fonction de lier la reconnaissance à la production d’une action.[1] La perception de l’acte à imiter et son exécution doivent posséder un « schéma représentationnel commun ».[2] Selon le modèle proposé par l’éthologue Richard Byrne, l’observateur procèderait à une segmentation de l’action à imiter afin de décomposer le flux continu du nouveau mouvement observé en une chaîne d’actes appartenant à son patrimoine moteur.[3] Les neurones miroirs localisés dans le lobe pariétal inférieur et dans le lobe frontal traduisent en termes moteurs les actes élémentaires qui caractérisent l’action observée, l’aire 46 étant responsable de cette recombinaison, ainsi que de la constitution d’une mémoire de travail.[4] Les compétences en matière de décodage de l’expression faciale des émotions apparaissent très tôt au cours du développement humain.[5] Les bébés de 6 mois regardent les visages et plus particulièrement la bouche.[6] Des nouveau-nés de moins d’un mois, alors qu’ils n’ont pas encore vu leur propre visage, parviennent à reproduire certains mouvements faciaux de leurs parents, comme l’ouverture de la bouche et la protrusion de la langue,[7] le serrement des lèvres et le froncement des sourcils.[8] Ainsi, très tôt, le nouveau-né possède des compétences motrices, un vocabulaire d’actes buccaux assez étoffé pour la succion et le sourire qui apparaît lorsqu’il est repu à la fin de la tétée. Mais surtout, un système de neurones miroirs rudimentaire[9] semble permettre la mise en place de mouvements de bases et de configurations spatiales de la bouche qui sont fondamentaux pour la future acquisition du système phonologique de la langue maternelle : l’ouverture de la bouche permet l’acquisition de l’acte moteur nécessaire à la prononciation de la voyelle /a/, le sourire celui de la voyelle /i/, le serrement des lèvres et leur protrusion celui des voyelles /o/ et /u/.[10] L’acte d’imitation du nouveau-né requiert « un mécanisme capable de coder dans un format neural commun l’information sensorielle et motrice pertinente à un acte ou un ensemble d’actes ».[11] Il prépare l’acte de communication gestuelle et verbale qui nécessite un mécanisme reliant le locuteur et l’interlocuteur par une compréhension commune sensorielle et motrice. Les chercheurs en submorphologie tentent de démontrer que ce schéma représentationnel commun peut s’appuyer sur les relations d’iconicité unissant les caractéristiques articulatoires de phonèmes à des signifiés premiers spatiaux.

Langage et motricité

La compréhension des mots et la production de parole font appel, outre aux aires de Broca et de Wernicke, au système sensori-moteur. L’étude des processus neurobiologiques et cognitifs impliqués dans l’émergence et le traitement des représentations d’action ont permis de montrer les liens étroits unissant l’observation, la représentation mentale d’une action, enfin, son exécution. Dans le cadre théorique d’un possible couplage fonctionnel, d’une co-structuration, des systèmes de perception et de production de la parole, des études comportementales et neurophysiologiques suggérent l’implication du système moteur articulatoire lors de l’analyse et de l’émergence des représentations verbales.[12] La Théorie de la Perception pour le Contrôle de l’Action considère que les représentations liées aux unités de parole ne sont ni de purs produits sensoriels, ni de purs objets moteurs inférés, mais des percepts multimodaux régulés par l’action. Des travaux en neurolinguistique suggèrent que le pointage vocal pourrait être une évolution du pointage gestuel (pointer le doigt) qui est une des premières formes de communication entre le nouveau-né et son entourage. La neuro-imagerie montre que les pointages gestuels et vocaux sont enracinés dans un même réseau cérébral.[13]

Notes
  1.  RIZZOLATTI, G., SINIGAGLIA, C., Les Neurones miroirs, Paris, Odile Jacob, 2008, p. 159.
  2.  PRINZ, W., “Experimental approaches to imitation” in W. Prinz, A. N. Meltzoff, The imitative Mind: Development, Evolution and Brain Bases, Cambridge University Press, 2002, p. 153.
  3.  BYRNE, R. W., “Seeing actions as hierarchically organized structures: great ape manual skills” in W. Prinz, A. N. Meltzoff (ed.), The Imitative Mind: Development, Evolution and Brain Bases, Cambridge University Press, 2002, p. 122-140 ; BYRNE, R. W., “Imitation as behaviour parsing”, Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Series B, 358, 2003, p. 529-536.
  4.  RIZZOLATTI, G., SINIGAGLIA, C., Op. Cit., p. 159.
  5.  GOSSELIN, P., « Le décodage de l’expression faciale des émotions au cours de l’enfance », Canadian Psychology / Psychologie Canadienne, 46(3), 2005, p. 137.
  6.  PALAMA, A. (2018a), « Les bébés relient l’émotion d’une voix à celle d’un visage », Université de Genève, Communiqué de presse du 11/04/2018. https://www.unige.ch/communication/communiques/2018/les-bebesrelient-lemotion-dune-voix-a-celle-dun-visage/
  7.  MELTZOFF, A. N., MOORE, K., “Imitation of facial and manual gestures by human neonates”, Science, 198, 1977, p. 75-78.
  8.  FIELD, T. M., WOODSON, R., et alii (1982), “Discrimination and imitation of facial expressions by neonates”, Science, 218, 1982, p. 179-181 ; FIELD, T. M., WOODSON, R., et alii, “Discrimination and imitation of facial expressions by term and preterm neonates”, Infant Behavior and Development, 6, 1983, p. 485-489 ; KAITZ, M., MESCHULACH-SARFATY, O., et alii, “A reexamination of newborn’s ability to imitate facial expressions” in Developmental Psychology, 24, 1988, p. 3-7.
  9.  RIZZOLATTI, G., SINIGAGLIA, C., Op. Cit., p. 162.
  10.  SAFFI, S., La personne et son espace en italien, Grenoble, Lambert-Lucas, 2010, p. 152. 
  11.  RIZZOLATTI, G., SINIGAGLIA, C., Op. Cit., p. 163.
  12.  SATO M., « Représentations verbales multistables en mémoire de travail : Vers une perception active des unités de parole », Cahiers Romans de Sciences Cognitives, 2(2), 2006, p. 125-127 ; SATO M., BUCCINO G. et alii, “Processing abstract language modulates motor system activity”, Quarterly Journal of Experimental Psychology, 61(9), 2008, p. 905-919 ; SATO M., BRISEBOIS A. et alii, “Speech perception as a sensorimotor process. Evidence from use-induced motor plasticity”, Speech and Face to Face Communication Workshop in memory of Christian Benoit, session 4, Multimodality in Humans and Avatars, 2008.
  13.  LOEVENBRUCK H., DOHEN M., VILAIN C., “From gestural pointing to vocal pointing in the brain”, Revue française de linguistique appliquée, XIII-2, 2008, p. 23-33.

Traduction de BD et ouvrage traductologie : Pratique et théorie

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search