Le Programme de recherche Traduction de BD

Traduction de BD et ouvrage de traductologie  un programme interdisciplinaire   AMU soutenu par la MMSH

Le projet de traduction et élaboration d’un ouvrage de traductologie est un programme de recherche transversale interdisciplinaire Externe financé par la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) un campus composante d‘Aix Marseille Université, membre du Réseau national des MSH (Rn MSH)

Le projet est fondé sur la traduction de BD suivie de la rédaction d’un ouvrage sur la théorie de la traduction dans le domaine de la BD.

Langues ciblées : italien,anglais, allemand, espagnol, français, chinois, (néo) latin, catalan,,  berbère-kabyle, arabe dialectal tunisien, bulgare, turc, arménien occidental, persan, polonais,  slovaque, portugais-Brésil, portugais-Portugal, provençal, roumain,  hindi,…etc .

Les BD et les auteurs:

  1. De Plomb et de sang, une BD tunisienne francophone (Seif Eddine Nechi,  (Aix Marseille Université/Europe Creative, 2020) La BD de Seif Eddine Nechi, artiste , psychologue de formation, et caricaturiste est téléchargeable et en libre accès sur   Europe Creative. Elle a été  produite dans le cadre de Historyboards. C’est un projet de création transmédia destiné à délivrer un nouveau récit du radicalisme en Europe et faire réfléchir les jeunes sur les sociétés d’hier et d’aujourd’hui et la montée des intolérances de tout bord.

 

  1. Charlotte Salomon, i colori dell’anima, une BD italienne de  la scénariste Ilaria Ferramosca et Gian Marco De Francisco, BeccoGiallo  (2016, cf.colloque LICOLAR 2017).Padova, Beccogiallo, 2019.
Gian Marco De Francisco: il fumetto come impegno civile – Lo Spazio Bianco
Crédit photo Lospazio bianco https://www.lospaziobianco.it/gian-marco-de-francisco-fumetto-impegno-civile/
Ilaria Ferramosca - Dianora Tinti
Crédit photo Dianora Tinti https://www.dianoratinti.it/intervista-alla-sceneggiatrice-ilaria-ferramosca/ilaria-ferramosca/

 

Il s’agit d’abord de définir les principes de traduction de la bande dessinée dans ses dimensions textuelles et non textuelles. La problématique des compétences requises, à travers la confrontation du même exercice de traduction effectué dans plus de 24 langues et en comparant cet exercice à celui de sous-titrage (réalisation du lettrage dans l​es diverses langues, qui doit respecter l’espace spatio-topique propre aux bulles originales).
Cependant, le projet n’implique pas exclusivement des théoriciens de la BD ou de la traduction mais confronte un certain nombre d’acteurs (linguistes, artistes, sémioticiens, écrivais, …)dans une même expérience de traduction et de mise en forme et vécue dans des aires culturelles diversifiées.

Démontrer que les stratégies mises en œuvre pour traduire une bande dessinée font appel aux connaissances biculturelles nécessaires à la compréhension du texte original et à la créativité de ré expression. Il s’agit de démontrer à quel point les stratégies mises en œuvre pour traduire une bande dessinée font appel, d’une part, aux compétences, linguistiques et connaissances biculturelles.

Le travail de collaboration et de confrontation des résultats se déroulera à distance sur une plateforme collaborative dédiée sécurisée via  AMUbox qui permet l’édition simultanée de documents à plusieurs contributeurs (AMU et/ou extérieurs) avec versioning. Le travail de collaboration et de confrontation des résultats se déroulera à distance sur une
Deux Journées d’études réuniront les membres du projet en novembre 2020 et
juin 2021, avec la participation des auteurs et des éditeurs des BD traduites. Ces travaux
se concluront par la publication d’un ouvrage collectif de traductologie dédié à la bande dessinée et par la mise en ligne des traductions.

Partenariat​

Centre aixois d’études romanes (Caer, AMU)
USR 3125 MMSH AMU
LERMA Laboratoire d’Études et de Recherche sur le MondeAnglophone AMU
Iremam Pôle d’études iranienne

Partenaires associés
DEMO : Département des études moyen orientales

IRASIA : Institut de recherches asiatiques
Laboratoires CNRS :  IMAF, Iremam de la MMSH

Quelques éléments sur la genèse du projet Traduction de la BD

Le programme a été initié par Sophie Saffi, linguiste italianiste, romaniste, professeure des Universités au CAER dont le siège se trouve à la Maison de la Recherche du Campus Schuman Aix-Marseille Université AMU. Il est lié sur le plan disciplinaire, thématique et méthodologique aux travaux de l’axe LiCoLaR : Linguistique Comparée des Langues Romanes), orienté naturellement vers sa spécialité de linguistique comparée et fondé à l’origine par Sophie Saffi. Dans une seconde étape, ce projet a réussi à fédérer un partenariat international  des langues romanes, de la traduction.
Le soutien de la MMSH obtenu à la suite de l’appel à projet 2019 dans le cadre de la Recherche transversale interdisciplinaire, s’exprime par la gestion de la dotation allouée par la MMSH d’une aide financière de 5 000. Reconduis pour un renouvellement validé par le Conseil des experts extérieurs de la MMSH pour l’année 2021, le programme poursuit son activité et entend réaliser un maximum d’objectif dont la finalisation de la mouture éditoriale de l’ouvrage. L’intégration de l’UAR  3125 MMSH, dans le partenariat  sous la responsabilité de Nacira Abrous, MMSH Cnrs,  désormais co coordinatrice initialement membre participant au projet de traduction et au collectif éditorial, a permis une consolidation de l’ancrage du programme sur le site de la MMSH et l’intégration d’approches de langues non latines renforcé par les participations des laboratoires Iremam (iranien,  berbère et arabe marocain arabe tunisien) TDMAM (latin, néo latin) et Imaf (Swahili).

CAER

 

Traduction de BD et ouvrage traductologie : Pratique et théorie