Parcours éditorial

La traduction d’un BD en français du bédéiste tunisien Seif Eddine Nechi intitulé De Plomb et de sang, éditée chez Apollonia/Aix Marseille Université/Europe Creative, 2020) et de la BD italienne (Ilaria Ferramosca, Gian Marco De Francisco, intitulée Charlotte Salomon, i colori dell’anima, Padova, Beccogiallo, 2019)

La traduction d’une BD francophone et d’une BD italienne, objet de ce projet en 24 langues : anglais, allemand, arabe, arménien occidental, kabyle-berbère, bulgare, dialecte arabe marocain, dialecte arabe tunisien, espagnol, français, grec moderne, hongrois, italien, (néo) latin, persan, polonais, portugais du Brésil, portugais du Portugal, provençal, roumain, russe, slovaque, tchèque et vietnamien passent par une étape importante. Définir les principes de traduction de la bande dessinée et les compétences requises. Afin de fixer les principes de traduction de la bande dessinée et les compétences requises, à travers la confrontation du même exercice de traduction effectué en 24 langues, et en comparant cet exercice à celui de sous-titrage (réalisation du lettrage dans les diverses langues, qui doit respecter l’espace spatio-topique propre aux bulles originales).

Il s’agit de démontrer à quel point les stratégies mises en œuvre pour traduire une bande dessinée font appel, d’une part, aux connaissances biculturelles nécessaires à la compréhension du texte original (Cómitre Narvaéz, 2015), et d’autre part, à la créativité de ré expression (Delisle, 2013 : 240) ou « créativité traductionnelle » selon la terminologie proposée par Dancette, Audet & Jay-Rayon (2007). Un glossaire multilingue sera réalisé pour chaque ouvrage traduit impliquant une réflexion collective sur les notions abordées avec des historiens et des civilisationnistes en fonction du contenu traduit.

Le travail de collaboration et de confrontation des résultats se déroulera à distance sur une plateforme dédiée. Les deux Journées d’études réuniront les membres du projet en novembre 2020 et en juin 2021. Créer un réseau de traducteurs-enseignants-chercheurs autour de la traduction de BD. Démontrer que les stratégies mises en œuvre pour traduire une bande dessinée font appel aux connaissances biculturelles nécessaires à la compréhension du texte original et à la créativité de ré expression.Élaborer un glossaire multilingue pour chaque ouvrage traduit impliquant une réflexion collective sur les notions abordées avec des historiens ou autres spécialistes en fonction du contenu traduit.Publier un ouvrage collectif de traductologie dédié à la bande dessinée.Mise en ligne de quelques planches traduites de chacune des BD dans les différentes langues comme incitation à l’achat de la bd papier (si BD publiée).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nacira Abrous (27 novembre 2020). Parcours éditorial. Jeux et enjeux de la traduction de BD. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://traductionbd.hypotheses.org/86


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.